Au moment de lancer son projet, l’entrepreneur doit choisir le statut juridique adapté à son activité. Lorsqu’il se lance seul, il peut notamment hésiter entre la création d’une société, sous la forme d’une SASU, et le développement de son activité sous le statut de l’auto-entreprise.

Cette comparaison entre SASU et auto-entrepreneur est destinée à vous éclairer sur les principales différences, les inconvénients et les avantages de chacun de ces deux statuts.

MINI-SOMMAIRE:

  1. Auto-entrepreneur et SASU: les points communs
  2. Auto-entrepreneur et SASU: les différences
  3. Comment passer du statut auto-entrepreneur à la SASU?

Auto-entrepreneur et SASU: les points communs

Une entreprise unipersonnelle

Le statut d’auto-entrepreneur et le statut SASU sont destinés à des entrepreneurs souhaitant se lancer seul. En effet, il s’agit de deux statuts juridiques avec lesquels l’entrepreneur n’a pas la possibilité de s’associer :

  • Auto-entreprise : c’est l’auto-entrepreneur lui-même qui constitue et représente la société. De fait, une auto-entreprise n’est composée que d’une seule et unique personne.
  • SASU : ce statut permet de distinguer l’associé unique de SASU et le président de SASU. L’associé unique prend les grandes décisions sur l’orientation de la société, et le Président de la SASU s’occupe de la gestion quotidienne de l’entreprise. Toutefois, en pratique, c’est généralement l’associé unique qui assume le rôle de président.

L’ouverture d’un compte bancaire séparé

L’ouverture d’un compte bancaire dédié à l’activité professionnelle permet de pouvoir distinguer les opérations commerciales de l’entreprise des opérations personnelles de l’entrepreneur afin d’éviter toute confusion comptable. Cela permet également à l’entrepreneur d’avoir accès à des services réservés aux professionnels tels que la remise d’un terminal de paiement.

Toutes les sociétés, y compris la SASU, ont l’obligation d’ouvrir un compte bancaire dédié à leur activité professionnelle. L’ouverture d’un compte bancaire fait d’ailleurs partie des démarches obligatoires pour permettre à l’associé de SASU de créer sa société.

Dans le cadre de l’auto-entreprise, la loi impose également à l’entrepreneur d’avoir un compte bancaire exclusivement consacré à son activité professionnelle et distinct de son compte bancaire personnel. Toutefois, l’entrepreneur peut en être dispensé dès lors que son chiffre d’affaires annuel reste inférieur à 5.000 € par an. Ce n’est que si ce chiffre d’affaires est dépassé pendant deux années consécutives qu’un auto-entrepreneur devient obligé de se mettre en conformité avec cette obligation.

Auto-entrepreneur et SASU: les différences

Les formalités de constitution

Les formalités à effectuer avant de démarrer l’activité sont très différentes selon que l’entrepreneur souhaite créer une SASU ou se lancer sous le statut d’auto-entrepreneur. Sur ce point, le statut d’auto-entrepreneur présente un avantage non négligeable puisque les démarches sont gratuites et relativement simples.

En effet, pour pouvoir exercer son activité sous le statut d’auto-entrepreneur, l’entrepreneur doit simplement effectuer une déclaration de début d’activité. Cette déclaration prend la forme d’un formulaire à remplir (à savoir le Cerfa P0 CMB micro-entrepreneur) et à transmettre, avec certaines pièces justificatives, au centre de formalités des entreprises (CFE) compétent.

À l’inverse, la création d’une société requiert davantage de temps et nécessite le paiement de frais administratifs. Pour créer une SASU, il convient de procéder à la rédaction des statuts, au dépôt du capital social à la banque, à la publication d’une annonce légale, et enfin à l’immatriculation de la SASU. Ce n’est qu’à l’issue de ce processus que l’entrepreneur se voit remettre son extrait Kbis et qu’il peut commencer à exercer son activité.

La fiscalité

Le régime fiscal de la SASU et de l’auto-entrepreneur sont relativement éloignés.

En principe, l’imposition des bénéfices de l’auto-entrepreneur se fait après application d’un abattement forfaitaire sur le chiffre d’affaires réalisé. L’auto-entrepreneur est ensuite imposé au barème progressif de l’impôt sur le revenu (IR). Il peut également opter pour le prélèvement forfaitaire libératoire.

La fiscalité de la SASU est différente puisque que les bénéfices sont, par principe, soumis à l’impôt sur les sociétés (IS). L’avantage de la SASU est qu’elle permet à l’entrepreneur de déduire de son chiffre d’affaires les charges réellement supportées par l’entreprise. En pratique, la déduction des charges est souvent un argument de taille. Par exemple, lorsqu’un chauffeur VTC hésite entre le statut d’auto-entrepreneur et la SASU, il se tourne souvent vers la SASU pour pouvoir déduire les frais d’essence, les frais d’entretien ou encore les frais d’acquisition / location du véhicule, etc.

Le régime social

L’auto-entrepreneur est un travailleur non salarié (TNS), à ce titre, il est affilié à la Sécurité sociale des indépendants. A l’inverse, lorsqu’il est rémunéré, le Président de SASU est quant à lui considéré comme un assimilé salarié ce qui signifie qu’il est affilié au régime général de la sécurité sociale. Le montant des cotisations est calculé sur la rémunération du dirigeant en SASU, tandis qu’il est calculé en proportion du chiffre d’affaires dans le cadre de l’auto-entreprise.

Si vous êtes créateur ou repreneur d’entreprise, sachez que vous pouvez bénéficier du dispositif de l’ACCRE tant en SASU qu’en auto-entreprise afin de profiter d’une exonération totale ou dégressive de charges sociales durant 12 mois.

Comment passer du statut auto-entrepreneur à la SASU?

Pour bénéficier du statut de l’auto-entreprise, il est nécessaire que le chiffre d’affaires annuel de l’entreprise reste en dessous de certains plafonds. Ces plafonds sont les suivants:

  • 170.000€ dans le cadre d’une activité commerciale ou d’une activité d’hébergement;
  • 70.000€ dans le cadre d’une activité de prestations de services ou d’une activité libérale.

Lorsque l’activité de l’entrepreneur se développe et qu’il dépasse ces plafonds, il ne peut plus profiter du statut d’auto-entrepreneur. C’est la raison pour laquelle il lui est généralement recommandé de créer une SASU.

Pour passer de l’auto-entreprise à la SASU, l’entrepreneur doit procéder en deux étapes: il doit commencer par radier son auto-entreprise avant de pouvoir procéder aux étapes de création de sa SASU.

Vous hésitez toujours sur le statut d’entreprise sous lequel vous lancer? N’hésitez pas à consulter notre fiche sur la comparaison entre le statut de SASU et d’EURL.